Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

David Lisnard est revenu sur ses 13 années à la tête du SICASIL, à l’occasion de la Fête du canal de la Siagne.

« Cette fête me tient particulièrement à cœur, l’ayant créée quand je présidais le SICASIL (de 2001 à 2014). Ce fut une mission passionnante à bien des égards, qui touche à ce qui est à proprement parler la base de la vie. Ce mandat aura été guidé par deux motivations : faire en sorte de réduire le coût de distribution et de production tout en proposant une eau potable de qualité à tous les habitants de notre bassin de vie.

Aujourd’hui, nous pouvons savourer notre « eau de Cannes », une des meilleures et moins chères de France, on ne le rappelle jamais assez, et beaucoup n’en ont probablement pas conscience – le prix est environ 30% inférieur à la moyenne nationale.

Si nous y sommes parvenus, c’est parce que nous avons porté une politique d’optimisation des contrats d’eau potable, faisant baisser le prix de l’eau de notre bassin de vie à trois reprises.

Si nous y sommes parvenus, c’est aussi parce que nous avons investi et innové. Les aménagements structurants que nous avons réalisés sur le réseau d’eau potable ont permis de faire progresser le rendement de 69% à 85%, soit une économie de prélèvement de la ressource de 4,5 millions de m3 par an, ce qui est doublement vertueux : pour la planète, le milieu aquatique et la biodiversité, mais également pour l’usager car le prix de l’eau a pu baisser considérablement.

Si nous y sommes parvenus, c’est parce que nous avons, là encore, mené une politique de performance publique, en réduisant considérablement les coûts de fonctionnement du SICASIL (- 14%).

Parallèlement, dès 2006, nous avons fait du SICASIL un pilote en matière d’énergies renouvelables, par l’installation de générateurs photovoltaïques sur 10 sites de production et de stockage d’eau potable, programme qui a été complété par la mise en œuvre de 5 microcentrales hydroélectriques réparties sur le réseau de distribution, avec ses micro-turbines dans les canalisations d’eau, ce qui était une première européenne. Les recettes de cette énergie 100% renouvelable représentent 350 000 euros alimentent les recettes totales du SICASIL au profit des usagers.

C’est aussi grâce ce travail minutieux, poursuivi avec brio par mes successeurs, qu’il s’agisse de Jean-Yves Milcendeau ou de Jean-Michel Sauvage, à la tête du SICASIL depuis 2020, ainsi que celui des remarquables équipes intercommunales, que nous avons pu faire face à la sécheresse qui a sévi sur une grande partie de l’Europe et préservé notre indépendance.

Savourons donc de notre excellente eau de Cannes. » David Lisnard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITÉS

Recevez les actualités de NÉ

Votre inscription à la réunion publique de David Lisnard à Marseille a bien été prise en compte !