Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« C’est un thème majeur dans ses dimensions écologique et économique. Le contexte de carence que l’on vit est antérieur à la guerre en Ukraine. Les premières alertes datent d’il y a 4 ans. L’investissement et la capitalisation nous permettront de relever ce défi » David Lisnard. 

« Entre deux réunions en mairie je vous adresse, en 11 points, un récapitulatif très factuel et (trop) synthétique de la conférence que nous avons tenue hier pour présenter les actions déployées en anticipation par la Mairie de Cannes pour faire face au défi énergétique, et celles que nous allons mettre en œuvre à l’avenir pour amplifier nos efforts en la matière.

Ce Plan Energie, très important et mis en place de longue date, a deux finalités : la protection du pouvoir d’achat des contribuables et usagers, et la lutte contre le réchauffement climatique.

1. Eclairage public : depuis 2008, nos actions ont permis de réduire de 45% la consommation par point lumineux et de diminuer la consommation électrique de 3922 MWh/an. Nous projetons d’atteindre, à l’horizon 2025, une économie supplémentaire de 400 MWh/an.

2. Plan Chaudières : nous menons, depuis 2014, un plan très ambitieux de rénovation des chaudières des bâtiments publics, pour diminuer leur consommation sans dégrader le confort des occupants. Le remplacement de 25 chaudières dans des écoles, crèches, médiathèques etc. a permis de diminuer la consommation de gaz de 450 MWh/an. 8 nouveaux bâtiments seront prochainement concernés par ces opérations, soit une économie supplémentaire de 150 MWh/an.

3. Réhabilitation thermique des bâtiments : ces travaux sont essentiels et nous les menons de manière structurelle depuis 2014, notamment à travers notre Plan Ecoles. Ces améliorations ont permis de diminuer la consommation de gaz de 70 MWh/an.

4. Eclairage des bâtiments : la poursuite de nos opérations de « relamping » et l’installation de détecteurs de présence et d’interrupteurs à minuterie permettra de réduire la consommation d’électricité de 200 MWh/an en moins de trois ans.

5. Récupération d’énergie dans les piscines : comme l’intitulé l’indique, il s’agit de récupérer la chaleur des piscines pour à la fois réchauffer les eaux neuves froides et laver les filtres à sable sans utiliser les eaux chaudes des bassins. Opérationnel depuis 2019 à Montfleury, ce dispositif est actuellement installé aux Oliviers et le sera prochainement au Grand Bleu. La réduction de consommation d’électricité pour chaque piscine est estimée à 20%, soit un total de 963 MWh/an.

6. Plan Photovoltaïque : nous avons un plan très ambitieux en la matière, qui nous permettra d’augmenter notre production locale d’énergie solaire. A Ranguin, l’installation de 178 modules sur les toits de la Maison des Services Publics et du groupe scolaire Frédéric Mistral génèrera une production de 233 MWh/an, soit 30% de la consommation globale des bâtiments publics alentours. A La Bocca, l’installation de panneaux sur la salle des Arlucs produira 250 MWh/an, soit 27% de la consommation de bâtiments et ateliers dans un rayon de 2km, et autour du gymnase des Mûriers et de l’IUT produira 380 MWh/an soit 36% de la consommation globale des bâtiments concernés. Nous étudions également la possibilité de déployer un dispositif innovant, composé de panneaux photovoltaïques très souples, sur le boulodrome Troncy, les serres municipales et sur le parking de l’Abadie II.

7. Des déplacements et transports décarbonés : nous créons de façon pionnière, après avoir été lauréats d’un appel à projets, une station de production d’hydrogène vert par électrolyseur afin d’alimenter les bus du réseau Palm Bus et d’autres véhicules dont par exemple les bennes à ordures. Notre station d’hydrogène vert sera opérationnelle en 2024. L’objectif est de décarboner totalement notre flotte de bus à l’horizon 2035 (à ce jour, 22 bus électriques sont déjà en circulation, sans compter les petites navettes). Nous expérimentons également, depuis 2021, l’utilisation de biocarburant à base d’huiles végétales sur certains bus.

8. Utiliser les déchets verts comme ressources d’énergie : nous avons pour objectif de créer une centrale biomasse pour le quartier de la Frayère, le stade Coubertin, la piscine du Grand Bleu, les bâtiments scolaires et le site d’AnsaldoBreda d’ici 2025. La production annuelle sera considérable, puisqu’estimée à 17,8 GWh/an.

9. Utiliser la mer avec la création d’une centrale de thalassothermie sur la Croisette : celle-ci permettra de récupérer l’énergie calorifique de la mer pour alimenter certains bâtiments du boulevard en chaud et en froid (chauffage et climatisation). Elle sera opérationnelle d’ici 2026.

10. Utiliser les eaux usées pour en récupérer le chaud et le froid : la valorisation des calories générées par celles-ci (production de biométhane) permettra d’alimenter le site de Thalès Alenia Space en froid et les copropriétés de Cannes-Marina à Mandelieu.

11. Utiliser les déchets ménagers putrescibles pour créer du biogaz : notre premier méthaniseur va être installé dans quelques semaines.

Voici donc une liste non exhaustive des actions de la politique énergétique très volontariste, fondée sur la science et l’innovation, que nous portons depuis de longues années, à Cannes, ainsi qu’à l’échelle intercommunale. Celle-ci, compte tenu du contexte national, s’avère aujourd’hui d’autant plus pertinente et nous permettra d’appréhender les années à venir avec confiance. » David Lisnard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITÉS

Recevez les actualités de NÉ

Votre inscription à la réunion publique de David Lisnard à Marseille a bien été prise en compte !