Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

David Lisnard s’est rendue à l’école de maraîchage de la basse vallée de la Siagne, installée sur un terrain municipal de 14 000m² depuis un an.

« Fèves, pois, carottes, salades, navets, choux, radis, épinards, tomates, courgettes, aubergines, haricots, poivrons, pommes de terre, melons, pastèques : autant d’aliments 100% bio cultivés à l’école de maraîchage de la basse vallée de la Siagne, cœur de Cannes Agricole, dont nous avons permis l’installation sur un terrain municipal de 14 000m². Celle-ci accueille 4 élèves maraîchers depuis son ouverture il y a un an, qui seront rejoints par 4 autres dès le mois prochain.

Cette école est vertueuse à plus d’un titre : elle favorise les circuits courts, contribue à préserver les espaces naturels de notre ville, sécurise les zones exposées aux risques majeurs, crée des emplois, propose une filière d’avenir en matière de formation, enseigne des techniques innovantes adaptées à la spécificité de notre commune et connectées à plus grande échelle aux enjeux de transition énergétique.

La coopérative agricole « Les Petites fermes d’azur », fondée par Christian Carnavalet, y enseigne sa « French method ». Elle vise à cultiver la quasi-totalité des parcelles en « bio-intensive », soit sur des planches de 1,30m, en entremêlant différentes variétés. Cela permet ainsi de développer une agriculture nourricière à la fois productive, moins consommatrice d’espace et respectueuse de l’environnement. L’objectif, à terme, est d’approvisionner les cantines municipales et la Faculté des métiers de Cannes en produits 100% bio et 100% local.

La formation, dispensée par l’Institut Moreau-Daverne, est en cours de certification Qualilopi, attestant de la qualité des prestations proposées. A l’issue de celle-ci, les stagiaires qui se déclarent comme agriculteurs ont la possibilité d’adhérer à la coopérative « Les petites fermes d’Azur » pour 5 ans reconductibles. Ils peuvent ainsi continuer de bénéficier d’une parcelle, du matériel, des débouchés de vente de la coopérative et des conseils du formateur. En contrepartie, ils reversent 5% de leur chiffre d’affaires à la coopérative.

Je suis très fier qu’un tel projet se fasse à Cannes. Il s’inscrit non seulement dans la vocation que nous avons donnée à la basse vallée de la Siagne (cœur de Cannes Agricole, avec 75 hectares d’espaces naturels préservés, et 65 hectares supplémentaires sanctuarisés par notre PLU sur l’ensemble de la commune) et plus généralement dans la politique volontariste que nous déployons pragmatiquement depuis 2014 en matière de protection de l’environnement et de croissance écologique, et que je vous détaillais la semaine dernière : https://www.facebook.com/100002198332972/posts/5468893533193870/?d=n

Vive l’écologie constructive et non pas moraliste !

Vive l’écologie utile et d’avenir.

Vive l’écologie qui avance.

Vive Cannes. » David Lisnard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITÉS

Recevez les actualités de NÉ

Votre inscription à la réunion publique de David Lisnard à Marseille a bien été prise en compte !