Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dans la continuité du « Plan Églises » lancé dès 2014 par David Lisnard, le bâtiment religieux situé en face du marché Forville va être rénové. La restauration du maître-autel constitue la première étape.


« La chapelle de la Misericorde, au coeur de Cannes (entre l’âme de notre ville au Suquet et « le ventre de Cannes », comme était autre fois appelé le marché Forville). Le Plan Eglises que j’ai lancé dès 2014 se poursuit en cette si belle Chapelle de la Miséricorde. Il vise pour la Mairie de Cannes à restaurer, protéger et valoriser les édifices religieux relevant de la propriété communale (car bâtis avant la Loi de 1905), et donc notre patrimoine historique et culturel.

Construite en 1617, d’abord appelée chapelle des Pénitents Noirs, car édifiée par la confrérie des Pénitents Noirs, puis Notre-Dame-de-la-Miséricorde du Bord de Mer et inscrite au titre des monuments historiques depuis 1933, la Chapelle de la Miséricorde est, comme je le précisais ce matin, historiquement connue comme la chapelle des pêcheurs cannois. Sa localisation et son histoire en font un édifice chargé de symboles pour Cannes, née de son port de pêche, et un élément fort de notre identité. Elle est un de nos joyaux trop méconnus.

Sa restauration figure dans mon projet de mandat. Nous avons commencé, avec le soutien de la Fondation du Patrimoine, par son maître-autel remarquable en marbre, de style baroque, littéralement le cœur de l’édifice, qui était détérioré en raison de la présence de sels inhérents à l’humidité qui rongeaient sa structure et la mettaient en péril. S’en suivront la réfection de la toiture, des enduits, la révision des sols, la remise en peinture des parements, la restauration du portail d’entrée en pierre de taille, du système campanaire, des menuiseries et boiseries.

A ce titre la Fondation du Patrimoine fait un appel aux dons, comme elle l’avait fait pour la restauration du clocher de l’Eglise Notre-Dame d’Espérance au Suquet ou pour l’église Notre Dame de Bon Voyage (dont la magnifique restauration a été distinguée des Rubans du Patrimoine l’hiver dernier), pour soutenir ce projet :https://www.fondation-patrimoine.org/…/chapelle-de-la…

Le patrimoine nous appartient au présent et nous oblige pour l’avenir, c’est tout le sens de notre devoir de mémoire, de transmission et donc de civilisation que nous cultivons à travers ce Plan Eglises.

En 6 ans, nous aurons restauré les chapelles Sainte-Anne et Saint-Cassien, la Tour-Monastère de l’île Saint-Honorat (dont la restauration en cours opérée par la Congrégation cistercienne de l’Immaculée Conception, avec l’aide de la Fondation du Patrimoine et le soutien de la Mairie de Cannes et du Département des Alpes-Maritimes a été désignée lauréate départementale, et donc seul monument des Alpes-Maritimes, de la Mission Patrimoine, dite « Mission Bern », du Ministère de la Culture menée par Stéphane Bern), l’église Notre Dame de Bon Voyage, l’église Notre-Dame d’Espérance au Suquet et ses cinq cloches, dans une opération qui fut grandiose à plus d’un titre.

J’ai toujours été convaincu qu’il n’y avait pas d’avenir serein et positif sans force culturelle et lien spirituel, ce que l’actualité et le révisionnisme idéologique déconstructionniste d’une minorité trop audible nous rappellent chaque jour. Préserver notre patrimoine, c’est à la fois se souvenir, honorer nos racines, entretenir l’âme de la commune, mais aussi renforcer l’attractivité de notre ville. C’est faire le lien entre les époques et, par définition, embellir l’espace public. C’est apporter du bien commun, de la cohésion et de l’unité à la communauté.

Vive notre Chapelle de la Miséricorde, vive notre patrimoine, vive Cannes. » David Lisnard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITÉS

Recevez les actualités de NÉ

Votre inscription à la réunion publique de David Lisnard à Marseille a bien été prise en compte !